• Comment transformer un capharnaüm d'objets bons pour la déchetterie en un lieu magique : "drôle d'endroit pour une rencontre", comme aurait dit François Dupeyron.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Pour se rendre compte de la créativité, de la diversité et de la poésie dont le cinéma d'animation est capable, rien de tel que de voir des courts-métrages. En voici quelques-uns...

    Cinéma d'animation : quelques courts-métrages à voir

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Établir et compulser des listes est une activité cinéphilique par excellence. La listes des meilleurs films de tous les temps, celles des meilleurs westerns, celles des plus grands nanars de l'histoire du cinéma, ... Jean-Luc Lacuve, créateur du site ciné-club de Caen, écrit d'ailleurs "Il n'y a pas de cinéphilie sans classement, hiérarchies et chapelles". Pour Louis Skorecki c'est parce qu'"au cinéma, il faut faire la part des choses. C’est-à-dire retenir, fixer, désenclaver, privilégier certains films. Au détriment des autres. Pour marquer leur importance. Pour qu’on sache nous-mêmes, ce qui est plus difficile qu’il n’y parait, qui on est, et qui on aime." Et il fait remarquer que les listes sont apparues à une époque où la possibilité de voir un film était rare et difficile : on ne pouvait le faire que dans des cinémas, on était donc dépendant de la programmation qui elle-même dépendait de la disponibilité des films, des droits, mais aussi des goûts des programmateurs. De ce fait on peut comprendre la manie des listes de films : "un petit jeu où le savoir et l’érudition montrent leur nez, bien sûr, mais aussi un moyen sûr de fixer — sur le papier ou ailleurs — un peu de cette fabuleuse mémoire qui résiste au temps et aux modes, un moyen de ne pas oublier : confronter ; ces images — qui le plus souvent n’existent que dans et par le souvenir — avec celles que nous voyons aujourd’hui, et surtout : ne pas s’en laisser conter ; refuser la nostalgie (qui déforme bien) autant que le goût du jour (qui informe mal : naissance quotidienne d’un nouveau cinéaste, d’un nouvel auteur)". Évidemment depuis la situation a complètement changé et il est facile de voir quand on veut le film qu'on veut - même s'il reste des films difficiles à trouver. Néanmoins, la passion des listes est toujours d'actualité pour les cinéphiles...

    Alors voici quelques-uns des meilleurs films d'animation et deux liens vers des sites consacrés à ce cinéma.

    Cinéma d'animation : quelques suggestions

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Il existe un certain nombre de films dont l'esthétique, tant celle des images que celle de la musique, se marie si harmonieusement à l'histoire qu'ils en sont fascinants. On peut les voir et les revoir à l'infini tant ils possèdent un pouvoir hypnotique hors norme et tant ils captent la vérité de l'âme humaine.

    Man with a Movie Camera, Mikhail Kaufman, 1929

    Petit florilège subjectif...

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Mulholland drive propose des "images subtiles et raffinées qui supposent une mémoire du cinéma déjà assimilée et digérée, invisible en quelque sorte, créatrice de formes fantomatiques, complexes et composites. De ce point de vue, le film de Lynch est un objet d`autant plus passionnant que cette assimilation des images en est le sujet même. (...) À ce titre, l’éblouissante séquence du play-back au théatre ou celle, non moins impressionante, dans laquelle Betty réinterprète magistralement une scène banale lors de sont bout d'essai pour les studios, fonctionnement comme de formidables métaphores du film lui-meme. Vivre, parler, chanter en play-back, c'est-à-dire répéter des paroles déjà écrites en les interprétant différemment, en changeant leur direction, voilà toute l`histoire des personnages, et du cinéma d'aujourd'hui" analyse Thierry Jousse dans les Cahiers du cinéma.

    Mulholland drive de David Lynch, 2001

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique