• Liberté vs sécurité : do not track

    La loi sur le renseignement arrive en France alors que le Patriot act s'est révélé inefficace...

    Liberté vs sécurité : do not track

    "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux."

    Cette phrase, toujours d'actualité, est de Benjamin Franklin qui a entre autres participé à la rédaction de la déclaration d'indépendance des États-Unis (1776), à l'élaboration de la Constitution des États-Unis (1787), il a aussi défendu l'abolition de l'esclavage, et a même inventé le paratonnerre - dont on aurait bien besoin actuellement pour éviter les foudres de la surveillance...

    Liberté vs sécurité : do not track

    Certes tous ceux qui vont sur Facebook, naviguent grâce à Google (alors que Startpage ou DuckDuckGo fonctionnent bien - Korben recommande plutôt Qwant qui l'a séduit) ou laissent continuellement ouverte l'option GPS de leur mobile (bon d'accord, l'arrêter n'est pas si simple puisque des logiciels tels que celui de la "lampe torche" l'activent discrètement !) ne se plaindront pas de la loi sur le renseignement puisqu'ils offrent leurs données régulièrement. C'est ce que montre avec humour et érudition la série documentaire consacrée à la vie privée et à l'économie du Web que propose Arte : Do not track. Le choix des illustrations est excellent et le propos ainsi que la démarche permettant de personnaliser la série sont intéressants.

    Ceux qui trouvent cette loi liberticide et inefficace se sentiront moins seuls en lisant le bon article de Guillaume Deloison : "Pourquoi la surveillance de masse est une erreur ?" Il a entre autres l'avantage de proposer de nombreux liens intéressants, permettant ainsi de proposer le meilleur du web : la possibilité de se cultiver à l'infini, de découvrir de nouveaux sujets, de faire des liens, quitte à dériver loin de son sujet d'origine et à favoriser son penchant à la procrastination.

    C'est lors de ce genre de navigation libre que l'on retrouve l'utopie de John Perry Barlow vaillamment défendue dans sa Déclaration d’indépendance du cyberespace. On peut alors oublier quelque temps que le "net" désigne d'abord le "filet" et que le "web" est une "toile d'araignée"...

    Or, si pour le chercheur Evgeny Morozov invoquer le respect de la vie privée n’est peut-être pas le meilleur moyen pour s’opposer à la dérive de la surveillance, Hubert Guillaud, rédacteur en chef d'Internetactu.net, rappelle dans l'article "Pour une autre innovation" : "entre 100% de sécurité et 100% de vie privée (pour autant que ce débat doive rester aussi radical, car les corrélations ne nous apporterons pas 100% de sécurité, ni les technologies 100% de vie privée), nous devons d’abord choisir la vie privée, parce que la vie privée est la seule à pouvoir garantir notre sécurité."

    « Procrastination, scolarité, sociabilitéManu Larcenet : un parcours étonnant »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :